Navigate / search

Notre gouvernance

Imprimer

Une organisation collective et évolutive

Mouvement organique, Disco Soupe s’est rapidement adapté aux différentes évolutions de son histoire.

La croissance rapide du mouvement dès le début 2013 nous a poussé à laisser une grande marge de manœuvre aux groupes locaux en constitution dans les différentes villes, et à rendre notre format aussi ouvert que possible (mouvement open source).

Pour ne pas rester chacun dans notre coin, le Disco Soupe Crew, groupe de discussion sur facebook, nous a permis de créer un sentiment communautaire et une stimulation mutuelle positive.

Courant 2013, la montée en compétence d’individus motivés et engagés partout en France nous a permis de passer de décisions prises par un groupe resserré de «fondateurs» à une gouvernance collective et répartie sur tout le territoire : c’est tout l’enjeu de la Discothèque.

Enfin, notre volonté de rester une organisation entièrement bénévole et légère nous a poussé en 2014 à organiser le travail de la manière la plus transparente et évolutive possible, pour s’adapter au temps disponibles et aux envies des uns et des autres : ce sont nos cinq Arbres.

Comprendre notre organisation

Le schéma ci-dessous tente de récapituler l’organisation de Disco Soupe.

Attentions Disco Soupe porte dans son A.D.N. de se renouveler aussi souvent que l’exigeront les évolutions le groupe humain portant le projet, aussi ce schéma évoluera, sans aucun doute !

(cliquer sur le schéma pour l’agrandir si besoin)

Petit lexique de la Discocratie

Arbres : cinq groupes de travail permettant d’assurer le fonctionnement de Disco Soupe en fonction des énergies bénévoles investies. Ils sont très récent et encore en train d’évoluer.

Cuistots : groupe historique des fondateurs, qui n’a aujourd’hui plus aucun rôle dans la gouvernance de Disco Soupe.

Disco Soupe Crew : groupe de discussion sur facebook le plus ouvert de Disco Soupe. On y rentre sur simple envie et demande, et on y parle en langue française. C’est un peu notre « Disco Family » à tous ! Des évènements sont d’ailleurs régulièrement organisés pour nous retrouver : les potAG (voir ci-dessous), l’InterDisco à Tours en novembre 2013, le Disco Campus en février 2012 à Paris, le week-end Disco Love pour les 2 ans du groupe nantais en octobre 2014…

Disco Soupe International : groupe de discussion sur facebook récemment crée pour la communauté non-francophone grandissant jour après jour.

Disco Mojo : quelques principes simples, proposés pendant notre premier potAG, que nous essayons d’appliquer dans tous nos évènements et nos groupes de discussion.

Discocratie : nom donné à notre réflexion/expérimentation sur la gouvernance collective du mouvement.

Discothèque : Discothèque est l’organe de prise de décision de la communauté. Elle consiste en groupe de discussion facebook ouvert à tous-tes les volontaires du Disco Soupe Crew, mais demande un peu de temps et d’énergie à y investir. Les décisions y sont prises par consentement, du mieux que l’on peu.

DJ : nom de ceux qui composent la Discothèque. Leur nombre peut varier mais ils sont une trentaine fin 2014. La liste des DJs est accessible en permanence aux membres du Disco Soupe Crew.

DJ Digest : compte-rendu des discussions de la Discothèque, accessible au Disco Soupe Crew et réalisé tous les deux mois.

Marcottes : ce sont les projets incubés au sein de la communauté Disco Soupe. Un exemple de marcotte : Disco BôCô.

« Le marcottage consiste à provoquer, en un point déterminé du rameau, la formation de racines adventives capables d’alimenter la marcotte, qu’on sèvre ensuite, en la séparant du pied mère. » (O. Bussard, Cultures légumières, 1943)

potAG : rassemblements regroupant tous les disco motivé-e-s et où l’on met à plat notre fonctionnement collectif. Deux potAG ont ainsi déjà eu lieu : l’un à côté d’Orléans en juin 2013, et l’autre à Marseille en juin 2014.

 

 

Commentaires

Discopain du far west
Reply

Depuis, un nouveaux Pot’AG à été planté ! en Novembre 2015 dans le Tarne !

Commenter cet article

name*

email* (not published)