Navigate / search

Notre Disco Scoop.it

Retrouvez la veille de Disco Soupe sur le gaspillage alimentaire en cliquant sur ce lien !

Au programme, toute l’actualité du gaspillage alimentaire !

TESCO publie les chiffres du gaspillage 2014

La chaîne de supermarchés TESCO publie le bilan 2014 du gaspillage des 25 produits les plus achetés de la marque.

Par exemple, nous apprenons que 15 % des salades sont gaspillées sur les champs (encore faudrait-il savoir quelle définition utilise TESCO pour qualifier ce gaspillage – ce qui fait l’objet de nombreux débats), et 17 % dans le processus logistique de distribution.

Les records : sur toute la chaîne de la fourche à la fourchette, 60 % des salades en sachet sont gaspillés, ainsi que 54 % des pommes de terre !

A la lecture de ce document, attention tout de même à ne pas en conclure un peu trop facilement que le consommateur est toujours celui qui gâche le plus, par exemple car nous ne voyons pas ici la répartition du gaspillage des produits moins achetés…

La transparence totale des distributeurs sur leur gaspillage est d’ailleurs une manière simple de faire avancer la question du gaspillage alimentaire. Cette idée est portée depuis longtemps par nos amis anglais de Feeding the 5k, et nous les rejoignons !

Le rapport visuel est à consulter en suivant ce lien, et vous trouverez plus de détails également sur le site de TESCO (en anglais).

 

Lexicon Of Sustainability : Food Waste

The Lexicon of Sustainability est un projet des Etats-Unis se basant sur un constat simple : si les consommateurs, les agriculteurs, les politiciens, les étudiants ou autre ne comprennent pas les mots et les concepts, comment attendre d’eux qu’ils changent leurs habitudes et leurs modes de vie en fonction ?

 

Il s’agit donc d’une série de petits films didactiques et pédagogiques, dont un sur le gaspillage alimentaire, à découvrir ci-dessous (en anglais). Les autres sont à découvrir sur leur site internet.

 

 

 

Les dates de péremption sont-elles périmées ?

 

Les dates limites indiquées sur les emballages alimentaires sont-elles fiables, ou même crédibles ? Lorsque la période de consommation est dépassée, certains choisissent de jeter le produit à la poubelle, d’autres s’empressent de le manger pour éviter le gaspillage, bravant ainsi les interdits sanitaires. Ces deux réactions, différentes, ont pourtant le même résultat : un retour au magasin pour se réapprovisionner. Ces indications, censées protéger le consommateur, sont-elles devenues un moyen de pousser à l’achat et d’accélérer les cycles de dépenses ? Comment ces dates sont-elles définies ? Que révèlent-elles des angoisses sanitaires actuelles ?

 

Documentaire diffusé sur France 5 le mardi 18 novembre 2014.

 

 
 

Vive les glaneurs !

Procès pour « Vol de denrées périssables avec date dépassée » : ça vous paraît normal ? !

Une information dénichée par Les Gars’Pilleurs pendant leur Gaspi’tour


Le 3 décembre 2014, au TGI (Tribunal de Grande Instance) de Montpellier se tiendrais une improbable audience, les faits :


Le 27 mai dernier, un groupe de 3 personnes a récupéré des sacs de nourriture dans les poubelles d’un supermarché. La nourriture ainsi récupérée était « périmée » de quelques jours, quelques heures parfois, mais ne présentait aucun danger à la consommation. Ces denrées ayant perdu leur valeur monétaire (mais pas nutritionnelle – !), elles étaient destinées à être jetées.
Ils ont été arrêtés par la Brigade Anti-Criminalité (BAC) en sortant du parking du magasin, et ont ensuite passé 12h en garde à vue au commissariat de Sète pour avoir « frauduleusement soustrait des denrées périssables avec date dépassée ». Ils sont convoqués en audience correctionnelle au TGI de Montpellier.

Quel mal y a-t-il à récupérer des « déchets » dans les poubelles pour faire manger ceux qui ont faim ?
Et pourtant permettre à des gens de se nourrir, dans un contexte de vie toujours plus chère et de ressources de plus en plus limitées, est aujourd’hui considéré comme un crime.

L’argument de la « Santé Publique », souvent avancé contre la récupération, est à notre sens infondé, la nourriture récupérée étant bien évidemment triée et évaluée par ses futurs consommateurs. De plus, la plupart des produits laitiers et autres aliments comportent une « DLUO » (Date Limite d’Utilisation Optimale, souvent notée « À consommer de préférence avant le ») et non pas une « DLC » (Date Limite de Consommation). Les produit sont jetés parce que leur goût peut être altéré après la date indiquée, et non pas parce qu’ils présentent un danger pour la santé. DLC et DLUO sont jetés ensemble, alors que le second pourrait même être vendu en toute légalité.

La pauvreté est peu à peu criminalisée, cette histoire en est un exemple flagrant. Mais ce n’est malheureusement pas le seul : aussi bien au niveau privé (poubelles fermées et placées dans les locaux sous vidéosurveillance) qu’au niveau public (arrêté anti-glanage à Nogent sur Marne, arrêtés anti-mendicité), des mesures criminalisant la faim et la récupération de nourriture sont prises par les autorités, au détriment des plus démunis et dans l’indifférence générale. Le verdict prononcé le 3 décembre nous avouera si nos dirigeants préfèrent défendre les « intérêts » d’un grand magasin plutôt que de permettre à des humains de se nourrir.

En attendant, nous appelons toutes personnes, collectifs (formels ou non) et associations qui trouvent cette situation ahurissante et intolérable à nous soutenir. Mobilisons-nous et faisons de ce procès un exemple pour défendre le peu de droits restants aux plus démunis ! Parlons-en, diffusons l’information. C’est par une forte mobilisation et un grand relais que les enjeux découlants de ce procès pourront être dénoncés. Un peu de bon sens, merde.

Le gaspillage alimentaire : où / quand / comment / pourquoi ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharge toutes les pages dans un PDF entier grâce à ce lien, imprime-les,
et communique toi aussi sur le gaspillage alimentaire pendant ta Disco Soupe !

—>  Clique ici pour la version française basse définition (WEB) <—

—>  Clique ici pour la version française haute définition (PRINT) <—

 

—>  Click here to download the English version (PRINT)  <—

—>  Clique aqui para fazer o download da versão portuguesa (PRINT)  <—

 
 


Galerie des images

(clique dessus pour les voir en grand !)

Création graphique : Floriane Le Roux